Ingayati.fr
Ingayati  >  Blog  >  Le Pa Kua Chuan

Le Pa Kua Chuan

Publié dans Pratique le 27/08/2016 par Ludovic Merlin
Le pa kua chuan ou ba gua zhang est un art interne chinois complet. C'est à la fois un art martial redoutable et efficace, une gestuelle de santé, une véritable thérapeutique énergétique, ainsi qu'une discipline spirituelle qui libère le mental.

Le Pa Kua Chuan ou Ba Gua Zhang

 

Le Pa Kua Chuan, ou Ba Gua Zhang, est un art martial chinois, de la famille des styles « internes », nei jia quan, tout comme le Tai Chi Chuan ou le Hsing I Chuan. C’est une boxe originaire du nord de la Chine, liée aux monts Wu Dang. Les fondements de cette pratique taoïste, appelée aussi la « paume des  8 trigrammes » puisent leurs essences dans le Yi King, « le livre des mutations », un traité divinatoire appartenant aux classiques de la littérature chinoise. Sa gestuelle circulaire est certainement  la plus insolite au sein des arts martiaux chinois. Quels en sont les grands principes et quels bénéfices l’adepte est-il en droit d’en retirer ?

 

Histoire

Vraisemblablement créée au 18eme siècle, la pratique du Pa Kua Chuan, n’a pas une origine identifiée avec certitude. La tradition chinoise considère Dong Hai Chuan (1797-1882), né dans le Hebei, comme son fondateur, bien qu’il ait simplement été le premier à l'enseigner et à répandre les principes de cet art, hors des cercles taoïstes. On ne sait pas clairement si le bagua zhang est une invention totalement originale de Dong Hai Chuan ou si c'est un art ancien que le célèbre pratiquant martial aurait révolutionné. Mais une chose est sûre, la marche en cercle, qui est à la base de tous les styles de bagua zhang, lui a été enseigné par des moines taoïstes. Il s'agissait pour ces moines d'un exercice de travail sur l'énergie et la tranquilité de l'esprit, un mantra taoïste.
Dong Hai Chuan, sut marier avec génie ces pratiques de déplacement, avec sa connaissance des arts martiaux, pour le transformer en un art rendant le pratiquant sans prise à la force de l'adversaire et toujours capable de glisser sur lui pour le toucher sans s'opposer.
Ce qui est certain par contre, c’est que la propagation du Pa Kua Chuan tient manifestement à la personnalité charismatique et mystérieuse de cet homme qui fut d'abord un redresseur de torts, puis un repris de justice avant de rentrer en grâce, pour finir comme instructeur dans l'armée officielle.
La légende nous dit que Dong Hai Chuan partit à travers la Chine pour aider le peuple victime de l'oppression du pouvoir. Cette impudence lui valut une mise à prix de sa tête qui l'emmena à se réfugier à la cour de Su Wang dans la famille de l’empereur à Pékin. Un jour de fête, alors que Dong Hai Chuan officiait en tant que serviteur, l'Empereur découvrit le Pa Kua Chuan. Impressionné par le maître qui virevoltait parmi les invités, franchissait les murets de la cour du palais sans se déséquilibrer, les mains prises par des plateaux chargés de thé, il l'invita à se présenter. L'inventeur de "l'art de la paume qui tourne" expliqua alors sa pratique à l'Empereur et parvint même à vaincre le capitaine de la garde. Sa performence fut si convainquante que Su Wang le nomma immédiatement maître d'armes des gardes du palais.Depuis cette époque, le Pa Kua Chuan n’a eu de cesse d’être étudié et perfectionné. Nombre de ses pratiquants furent employés comme garde du corps, convoyeurs de fonds ou instructeurs dans l’armée. Ainsi Yin Fu, célèbre disciple de Dong Hai Chuan, fut un garde du corps attitré de l’impératrice. Maître Morihei Ueshiba, le fondateur de  l'Aïkido, a lui-même étudié cette discipline lors de son périple en Chine et s'en serait inspiré pour le développement ultérieur de son art.  

La pratique

Malgré les différentes généalogies existantes de nos jours, toutes les formes de Pa Kua Chuan, se caractérisent par la marche en cercle, l'utilisation du glissé, ou "pas élastique", (parfois appelé "le pas dans la boue"), des déplacements en rotation et révolution, ainsi que par 8 formes de bases, appelées « paumes ». Bien que les trois premières soient vraiment essentielles pour une compréhension dynamique, les paumes comme les déplacements de Pa Kua Chuan restent une pratique esthétique et séduisent par leur fluidité et la circularité qu’elles impriment au corps et aux membres.
Dans l’absolu, on l’identifie à l’observation des phénomènes astronomiques de révolution, rotation et pivot. Dans les mouvements de base, on marche en tournant autour d'un point, un centre, comme la terre tourne autour du soleil. La terre effectue simultanément une révolution autour du soleil et une rotation sur elle-même. Pour conserver cette image, le changement de la paume en Pa Kua établit le même rapport qu'entre la terre et le soleil.
 
 

L'essence

Son essence est le mouvement en spirale, la marche en cercle ainsi que les déplacements constants, les contournements. L’accent est mis sur les membres inférieurs, l’ancrage, et la fluidité des déplacements. La marche en cercle fut pratiquée dans les temples taoïstes depuis des millénaires comme méditation et Qi Gong. Elle  est issue de l’une des branches du Taoïsme, intitulée Long Men Pai (La Porte du Dragon). Ses adeptes avaient en effet coutume de s’adonner à cette pratique le matin ou le soir comme exercice énergétique de santé et pour éveiller l’esprit. Elle permet surtout de développer l’énergie et par conséquent de favoriser la santé. Les taoïstes avaient l’habitude de marcher de cette façon, en veillant à la perfection de leur posture, à la tranquillité de leur esprit et au relâchement de leurs mouvements. Il s’agit bien, donc, d’un exercice de Qi gong dynamique. Associée à des applications martiales, cette pratique devint finalement un nouvel art martial, le Pa Kua Chuan.

 

La stratégie de combat

L'art du Pa Kua Chuan est fondé sur une stratégie d’esquive et de contournement, comme une sorte de guérilla. Les déplacements circulaires visent éviter la confrontation directe avec l’attaquant, à esquiver les pièges d'un rapport de force qui jouerait au détriment du pratiquant. Il s'agit de se dérober au face-à-face et de passer sur les côtés, pour atteindre le dos de l'adversaire. Une fois que l'attaque est lancée, le défenseur se déplace constamment, initiant ses mouvements en fonction de la réaction de son ou ses adversaires. Les esquives du corps fondés sur les déplacements en rotation et révolution, se font par frottements des membres supérieurs. Ce style inclut également un travail de frappe et  de projection. Sa spécificité est le déplacement au milieu de plusieurs personnes.

Son travail de frappe, rendu difficile par l'inertie de la force centrifuge, est souvent compensé par l'étude en synergie avec des styles qui compensent cet inconvénient. Le plus souvent, il est étudié en même temps que le Hsing I Chuan, ou Xing Yi Quan, la Boxe de la Forme et de l'Intention. Ce style linaire, dans lequel on étudie les 6 harmonies, permet d'acquérir le mouvement du corps total, et de pouvoir émettre des frappes puissantes en ligne droite, dans l'axe de l'adversaire.

 

Esotérisme

Le mouvement en spirale est le résultat d'un processus évolutif partant du mouvement linéaire, issu du plan, en deux dimensions. L'axe supplémentaire, ouvre les perspectives, créant ainsi une dynamique dans le volume. Il tourne vers l'intérieur (centripète) et vers l'extérieur (centrifuge), et il a la potentialité de manipulation d'objet lorsqu'il est utilisé par le corps humain.  La spirale est aussi le mouvement naturel des brins d'ADN. La pratique statique des postures spiralées, ainsi que les mouvements d'ouverture de corps qui vrillent muscles et articulations permettent un travail global et profond de Qi Gong. De plus, les changemenst constants de direction dans les déplacements, ainsi que dans l'intention vers des centres différents amène à une véritable libération du mental, l'empêchant de se cristaliser sur une seule idée.

 

En résumé, comme les autres arts internes, le Pa Kua Chuan est à la fois un art martial redoutable et efficace qui utilise des changements de directions soudains pour confondre et tromper l’adversaire avec des contre-attaques inattendues, une gestuelle de santé   qui ouvre le corps en spirale comme une véritable thérapeutique énergétique, ainsi qu'une discipline spirituelle qui libère le mental.

 

Sur le même sujet
Mots-Clés
Ingayati
Contact - Plan du site - © Ingayati - 2019