Ingayati.fr
Ingayati  >  Blog  >  les balanciers

les balanciers

Publié dans Energétique le 08/10/2018 par ludovic merlin
Il est toujours plus facile de vivre dans un monde illusoire, mais confortable, que dans une réalité véritable. L’illusion est que les motivations et actions d’un homme sont supposées être contrôlées par sa conscience. En fait, ce n’est pas tout à fait vrai. Comme nous le savons, l’énergie des pensées ne disparaît pas complètement. Quand un groupe de personnes commence à penser dans la même direction, l'énergie de leurs pensées individuelles fusionnent en un seul flot. Au milieu de l’océan d’énergie, des structures basées sur de l’information se créent. Ce sont des balanciers, invisibles, mais bien réels.

Et si aujourd’hui nous parlions des balanciers ?

Pourquoi pas, me diriez-vous.

Mais à vrai dire, qu’est-ce qu’un balancier ?

Observons d’abord autour de nous, pour voir comment la vie s’est structurée.

Nous pouvons voir que dans la nature, pour survivre, les formes de vies se sont organisées de plusieurs manières en créant différentes structures. Ces dernières sont présentes à tous les niveaux et s'observent  à travers les bancs de poissons, les nuages de migrations d’oiseaux, les fourmilières, les forêts…

Pour bien comprendre ce qu’est un balancier, reprenons ensemble l’exemple de la fourmilière.

Dans une fourmilière, vous remarquerez qu’il n’y a pas de chef. Tout au plus, il y a une reine qui est occupée à pondre, sans jamais bouger de sa salle de ponte, au fin fond de la fourmilière. Elle n’a de reine que le titre, mais aucunement la fonction dirigeante comme on l’imagine pour les hommes. En fait, elle ne commande personne, et pourtant étrangement chaque fourmi connait son rôle et sait comment interagir avec les autres fourmis. Nous constatons donc que personne ne donne d’ordre, et néanmoins les lois ou les règles de la fourmilière sont inscrites dans chaque fourmi.

 

Observons simplement ici que chaque fourmi est en lien avec un esprit collectif qui dirige la fourmilière, sans jamais se montrer, avec le but d’assurer l’expansion et l’existence de cette dernière. Si vous appréhendez cela, vous comprenez alors facilement le principe d’un balancier.

Un balancier est une entité autonome. C’est une forme de vie  qui n’est pas confinée dans un seul corps physique, mais qui existe indépendamment de ses adhérents, comme une conscience collective. Ainsi, « l’esprit » de la fourmilière, ou le « balancier » de la fourmilière perdure, même si cinquante fourmis meurent, ou même si les tunnels de la fourmillière sont détruits. Le principe est que le balancier n'est pas palpable, n'a pas de corps. Il existe simplement sur le plan énergétique, émotionnel et mental. Mais il ne faut pas confondre le lieu physique dans lequel il s'active avec le balancier lui-même.

Prenez conscience qu'un balancier ne doit pas être non plus confondu avec l'âme-groupe d'une espèce, l'entité directrice appelé aussi déva.  Dans l'exemple des fourmis, chaque fourmilière est un balancier différent des autres, alors que le déva des fourmis est l'esprit supérieur, qui guide l'espèce entière.

Des balanciers partout ?

Dans notre société humaine, les balanciers existent aussi. On peut en compter d'ailleurs un nombre incalculable. 
Dès que plusieurs personnes se dirigent conjointement dans un but commun, partage la même direction, les mêmes idées, elles créent quelque chose de plus grand qu’elles, et qui existera même après leur départ. 

Appelé aussi égrégore, cette forme-pensée, est un potentiel d'énergie issu de la pensée et capable d'influencer sur la matière. L'égrégore, ou balancier, est un véritable réservoir d'énergie, dont la puissance est en fonction du nombre de personnes qui le maintiennent et de l’intensité de leur engagement dans le projet commun. Le seul risque du balancier est de disparaître de lui-même si l'on cesse d'y prêter attention et intention, comme toute forme de vie qui n'est plus alimentée. Ainsi, le balancier aura besoin constamment d'être alimentée par ses membres pour perdurer. L’action est dès lors réciproque : les personnes alimentent l’égrégore par lequel ils sont adombrés à mesure qu’il se constitue, et celui-ci agit sur elles, redonnant au passage une partie de l'énergie récoltée.

Les entreprises (petites ou grandes), les associations (sportives, culturelles, sociales), les nations, les groupes de musiques, les clubs de foot, les religions, tous les groupes divers et toutes les organisations que l’homme à crée pour se facilité la vie représentent un balancier.

Ce sont toutes les entités mentales créées par l’homme, les entités énergétiques autonomes. Quand je dis « entités mentales », il faut s’imaginer qu’elles sont le fruit de la projection additionnée de plusieurs «  mentals humains. »

Par exemple, si trois personnes créent une entreprise, celle-ci existera même si d’autres personnes les remplacent au fil du temps. Le balancier se renforcera bien évidemment avec un logo, un siège social, des biens immobiliers, des règles particulières, une philosophie… Finalement, le balancier va établir ses propres règles, dépassant largement celle que s’imagine avoir son dirigeant.

Il crée de fait une structure énergétique invisible, une organisation qui réunit ses adhérents et qui va chercher leur énergie, pour s’en nourrir.  Ainsi, toute l’énergie physique, émotionnelle ou mentale dépensée par les personnes qui adhèrent à cette structure va servir pour faire grandir le balancier. Il devient alors un véritable réservoir d'énergie. Energie redistribuée à ses adhérents les plus méritants sous forme d'avantages matériels ou financiers, de salaires, de reconnaissance pour qu'ils continuent d'avoir envie de se donner au balancier.

Imaginez maintenant le stade de France avec deux équipes nationales de football, en finale de la coupe. Les équipes sont à égalités et nous en sommes aux tirs au but.

Et là, le joueur qui tire le pénalty le rate.

La somme des colères, frustrations, rage, joie, euphorie sont alors absorbées par les balanciers des deux équipes. Et heureusement que le balancier redonne de l'énergie, sinon le pauvre joueur malchanceux, cible de toutes les projections et intentions de colère, en mourrait sur le coup.

Un balancier peut se parer de nobles buts et jouer avec les émotions des gens pour justifier ses propres actions et conquérir le plus d’adhérents possibles. Son mode opératoire est de figer l’énergie mentale de son adhérent sur sa propre fréquence et de lui impose un but qui lui est étranger. Si la personne en question d'attention, elle se vera de ce fait incitée à ne pas choisir son propre destin, pour rester sous contrôle du balancier.

Plus un balancier grossit, et plus il se formate et ses règles sont impératives.
Dans le monde du football, les adhérents du balancier d'un club ne peuvent pas en aimer un autre. Observez d'ailleurs comment certains supporters renient violemment d'autres balanciers, créant des rivalités qui débouchent parfois sur une agressivité extrême. Le balancier n’a qu’un but : capturer autant d’adhérents que possible pour obtenir de plus en plus d’énergie. Il est sans arrêt en compétition avec d’autres structures d’énergie qui, tout comme lui, se battent pour le contrôle des individus.

Réflechissez maintenant un peu à toutes vos appartenances, comme tout autant de balanciers:

Le sentiment d'être chauvin, est-ce reèllement une admiration exclusive de sa ville ou sa région, un patriotisme excessif ? Notre nationalité, son hymne, son drapeau, sa langue ? Est ce que cela nous définit vraiment ? Ne dis t'on pas d'untel qu'il se looke comme un rasta, d'un autre comme un rappeur ? Non, moi je suis un tennisman monsieur, je ne suis pas bourrin comme un rugbyman ! Je m'habille toujours en adidas c'est plus stylé quand même ! Et la solidarité féminine dans tout ça ? Quoi, tu es un chrétien qui ne va pas à la messe ? Et bien moi, j'ai ma carte du parti depuis 17 ans, je suis quelqu'un d'engagé, tu dois aller voter !

En fait plus on se définit par l'extérieur dans des balanciers auquel on adhère sans le savoir, plus on perd sa liberté et on se vide de son énergie.

Pourquoi ce nom de balancier ?

Car il oscille comme un pendule à une certaine fréquence, donnant et reprenant de l'énergie. Un balancier est par nature destructeur puisqu’il se nourrit de l’énergie de ses adhérents pour amplifier son oscillation sans se soucier du bien ou du mal que cela peut faire.
On le nomme aussi balancier parce qu'il reprend ce qu'il a donné, comme un mouvement de va et vient. Lorsqu'un adhérent prend conscience d'une partie du fonctionnement énergétique du balancier, ou simplement qu'il n'est plus en phase avec ce dernier en commençant à penser par soi-même alors le retour de bâton est violent. Le balancier détruit sans état d'âme l'adhérent disfonctionnant qui sera mis de côté, harcelé, viré, ruiné, discrédité...
Ceux qui ont travaillé dans des firmes de niveau national ou international vous le diront: tant que vous êtes dans les clous, tout va bien, sinon...

" Une fois nés, les balanciers commencent à se développer de façon indépendante. Ils s’efforcent de soumettre les gens, qui sont des éléments structurels, à leur volonté. Ils agissent de façon inconsciente, puisqu’ils n’ont pas de raisonnement. Les balanciers ne peuvent être définis comme des forces malveillantes. Ils font penser à des installations parasitaires, ou des programmes pseudo-vivants. Étant construits comme des structures, de tels programmes déterminent (définissent) leurs comportements. Les balanciers existent dans le monde subtil comme des superstructures qui couvrent chaque groupe social humain, que ce soit une famille, une école, une entreprise ou un état. Il peut sembler incroyable que les individus ne soient pas conscients d’agir dans l’intérêt des balanciers, même s’ils le font involontairement. Néanmoins, c’est un  fait."

 Vadim Zeland, créateur de Transufing

Mais s’opposer à un balancier le nourrit tout autant. Les balanciers s’arrangent pour tirer de l’énergie non seulement de leurs adhérents mais aussi de leurs adversaires les plus enthousiastes : l’énergie positive comme l’énergie négative conviennent toutes les deux. Ils ne cherchent qu’à faire réagir émotionnellement et viennent nous provoquer sur nos valeurs et notre importance. Dans la partie subtile de ces phénomènes, il existe un combat incessant entre balanciers. Ce sont eux qui provoquent pratiquement tous les conflits, parce qu’ils se nourrissent de l’énergie du conflit.La moindre réaction les nourrit, et ainsi, ils gagnent en aspirant l’énergie de leurs opposants et en grandissant dans la réalité. C'est pourquoi aller militer ou se battre contre quelque chose ne fait que le renforcer, alors qu’il suffit de l’ignorer et d’aller simplement dans une autre direction.

Reconnaître un balancier

Pour attirer une personne dans une matrice, il est nécessaire de tendre un filet autour d’elle, un filet construit sur la dépendance et les obligations.
Pour que le balanciers survive, les membres qui vont le composer, les adhérents, doivent pouvoir librement accomplir des actes, mais ils ne doit surtout pas être libres de leur motivations.
La règle intrinsèque, est qu'ils doivent impérativement et inconsciemment agir dans l’intérêt de la structure, sinon elle va les rejeter.

Dans le monde humain, il est facile d'identifier un balancier. Il suffit d’observer les règles existantes. Celles qui indiquent à chacun ce qu’il doit faire, ce qu’il faut faire pour y adhérer ou simplement pour y rester. Le plus souvent cela se reconnaît à travers 2 grandes injonctions : « Il faut »  et « Je dois ».

Si vous restez attentifs à ces deux formules, vous ne tarderez pas à découvrir la présence des balanciers qui vous entourent.
En entretenant ces règles (tu dois arriver à l'heure, tu dois t'habiller autrement pour venir travailler, il ne faut pas discuter un ordre, pour monter en grade il faut respecter le protocole...) le balancier formate les personnes qui adhérent, pour qu'elles s'oublient et  qu'elles suivent des règles contraignantes qui ne leur correspondent pas.

Qui se lève vraiment le matin à l'heure qui lui correspond reèllement ? Combien d'entre nous doivent se lever à l'aurore, la tête dans le gaz, car IL FAUT être à l'heure à son travail ? Seriez-vous moins performant si vous arriviez 30 minutes plus tard ? Je ne le pense pas, mais c'est ainsi que la balancier vous soumet peu à peu.

Comme les balanciers se nourrissent de l’énergie des personnes, souvenez-vous que tout ce qui peut vous causer une forte réaction négative est provoqué par eux. L’énergie négative est pour ainsi dire, leur plat favori. pour mieux comprendre, regardez l'intensité des réactions vécues quotidiennement dans les grosses entreprises. Autour d'un café, vous allez entendre ce qu'untel a dit ou fait à telle réunion, que le chef machin est pénible, que les dernières directives nationales sont inappropriées... comme s'il fallait en permanence entretenir un climat d'insatisfaction chronique.
Lorsque vous êtes contrarié ou indigné par quelque chose, que vous vous fermez, ou qu'une structure, quelle qu'elle soit, vous énerve ou vous oblige à dépenser beaucoup de temps et d'énergie, vous êtes certain de vous trouvez en présence d'un balancier auquel vous donnez votre énergie.

Pensez à observer les administrations lentes et incohérentes la prochaine fois que vous serez dans une file d'attente...
De même, les personnes aux prises avec des émotions ou réactions extrêmes, comme le fanatisme ou l'enthousiasme excessif  vont toujours vous indiquer la présence d’un balancier.

Quelle solution j'ai ?

Le balancier nous poussent à nous mobiliser pour une cause extérieure. Je suis les règles, je consacre mon temps pour une structure qui a un but, une finalité qui lui est propre. Ainsi l'adhérent oublie peu à peu qu’il a, lui aussi, un but dans sa vie. Il va devenir passif, obéissant aux injonctions.
En devenant adhérent d’un balancier, on n’agit plus pour notre propre but. Ce dernier éloigne toute personne de la ligne de vie qui lui permettrait de trouver le bonheur.

Notre société humaine est organisée de sorte qu’elle ne peut exister sans balanciers. Une personne raisonnable est capable d’utiliser les balanciers pour ses propres buts, mais cela demande à avoir conscience de son but essentiel.  Cela va nous demander de nous mobiliser pour une cause intérieure.

On peut bien sûr adhérer à un balancier, mais en conscience. Si je rentre par exemple dans une firme de renommée internationale, j'accepte de recevoir un salaire, mais sans perdre de vue quel est mon but de vie (voyager grâce à mon travail, économiser pour monter ma boite, acquérir des compétence, faire fructifier mon expérience...). Sinon, je vais passer ma vie à râler (car je ne suis pas heureux, vu que je ne vais pas vers mon but personnel), je vais m'engluer dans une sorte de routine, remplie d'injonctions dans laquelle je m'enferme et finalement je vais me perdre dans le but du balancier.

Alors comment résister à l'influence d'un balancier ?

Tout d'abord, il suffit de faire la tâche qui est la sienne, et rien de plus. Arrêtez de ce "tuer" en heure supplémentaires, car le balancier adore que l'on s'identifie à lui. Sincèrement, serez-vous pleinement heureux si votre entreprise est performante ou si votre équipe de foot gagne ?  Il faut bien sûr faire le travail demandé, mais juste pour recevoir les avantages du balancier (salaire..), tout en gardant son but.

Ensuite, vous allez devoir arrêter de réagir négativement à tous les irritants extérieurs. Ne plus entretenir ce ressassement permanent, ne plus rêler parce que cela ne marche pas, ni céder aux provocations extérieures, sur vos convictions, vos importances, vos croyances.

Et pour finir, vous allez devoir toujours vous voir comme la priorité. Dans chaque situation, vous êtes le plus important.
Ne plus regarder à l'extérieur, mais à l'intérieur de vous. 

La seule solution pour se détacher du conditionnement des balanciers religieux, culturels, sociaux et familiaux (qui est un chef d’œuvre en matière de soumission), est de rester à l'écoute de soi, de son ressenti, de ses émotions, de ses pensées.  L'autonomie et la liberté, passent inexorablement par plus d'intériorité, plus d'écoute, plus d'attention à sa vie, à ses actions et à ses réactions.

L'attention est la clé, elle permet d'identifier les provocations et mécanismes d'un balancier et de connaître si l'action que je m'apprête à faire est bénéfique à ma cause intérieure. Au final, le seul conseil que je pourrais vous donner est de retourner vers votre but, vers qui vous êtes vraiment, de croire en ce qui vous inspire, car chaque personne est unique et doit cheminer vers sa vérité.

 

Pour aller plus loin:
livre audio Transurfing Chapitre 2 : les balanciers

Sur le même sujet
Mots-Clés
Ingayati
Contact - Plan du site - © Ingayati - 2020